7 Lady Gaga | LACHÉ VOS COM!

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

LACHÉ VOS COM!
Un blog cinéma, musique et autres broutilles, par Pascal-Alex Vincent
Cinéma | 19.10.2010 - 22 h 47 | 2 COMMENTAIRES
Avez-vous déjà vu… Cher faire de l’auto-stop ?

Étiquettes : , , ,

La récente apparition de Lady Gaga dans une robe en viande crue lors d’une remise de prix a éclipsé celle qui était venue lui remettre sa médaille du jour : Cher, l’inusable Cher. Souvenez-vous, bien avant Lady Gaga, Cher mettait des tenues et des perruques excentriques qui ont vite fait de la propulser icône gay – ça, et une floppée de hits depuis le début des années 60. Cher, donc, chanteuse, entertainer, et actrice oscarisée.

Or il se trouve que Cher a débuté sa carrière avec son mari Sonny Bono, avec qui elle formait le duo Sonny & Cher, duo ultra-célèbre aux Etats-Unis, et dont on connait surtout ici le morceau I got you babe, tube de l’année 1965. Mais saviez-vous que Sonny Bono, mentor de Cher et producteur du duo, avait eu la folie des grandeurs en 1969 en consacrant tout un long métrage à sa plantureuse compagne ? C’est ainsi que vit le jour Chastity , road-movie écrit et produit par Sony, et réalisé par un certain Alessio de Paola (dont ce fut l’unique essai cinématographique).

Dans ce film, Cher incarne une routarde qui décide de traverser le Sud-Ouest des Etats-Unis afin de vivre de nouvelles expériences, et surtout… de rencontrer l’amour. C’est donc en stop et sans valises que notre aventutière arpente les grands espaces américains. Elle passe notamment par une maison-close, dont la patronne est une lesbienne, qui va, naturellement, s’amouracher de Cher. L’extrait où Cher se fait sauter dessus par la tenancière en question (jouée par Barbara London) a longtemps été visible sur Youtube, avant d’être supprimé (par Cher en personne, derrière son clavier ?).

A défaut, voici la bande-annonce d’époque, où l’on découvre une Cher à la fois très proche et très éloignée de la Cher d’aujourd’hui (qui se produit dans un show démesuré à Las Vegas).

httpv://www.youtube.com/watch?v=2dmQyPKEWxA

Comme le dit la bande-annonce, ce n’est pas une fille, c’est une expérience !

A noter que c’est sur ce tournage que fut conçue Chastity, la fille de Sonny & Cher, devenue depuis… Chaz. Mais vous connaissez cette histoire.

Laché vos com !

Connaissez-vous… ? | 10.03.2010 - 12 h 49 | 2 COMMENTAIRES
Connaissez-vous… Monsieur Igor en Lady Gaga ?

Étiquettes : , ,

Ce matin, Adrien et Virgile sont venus frapper à ma porte pour me dire : « Pascal, pourquoi ne parles-tu jamais de Lady Gaga sur ton blog ? Nous voulons du Lady Gaga ! » Arf, je veux bien, mais Lady Gaga elle est déjà partout, tout le temps. Bonjour l’originalité !

Jusqu’à ce que je tombe sur une vidéo de Igor reprenant le Bad Romance de notre Gaga préférée. Certes, des vidéos de reprises de la demoiselle, il y en a un paquet sur le Net, mais en général, il s’agit de parodies, ou bien de massacres par des copines hurlantes. Igor Presnyakov, lui, a 2 trucs en plus : la guitare et la moustache. Et passé la stupéfaction, force est de constater qu’il se sert plutôt bien des deux (surtout de la guitare).

Je vous laisse juge. Tout d’abord, une version de Bad Romance traversée par un vent de mélancolie venu du fin fond de l’âme russe :

httpv://www.youtube.com/watch?v=9K6FJVYA14g

Puis une excellente version de Poker Face, à reprendre autour d’un feu de bois lors de votre prochain camp scout :

httpv://www.youtube.com/watch?v=kY53khFqGDU&feature=related

Perso, je ne moque pas : ce monsieur Igor est quand même un as de la guitare sêche, et je vous recommande également ses covers de Kiss from a Rose de Seal et Smooth Criminal de Michael Jackson.

Les mélomanes avertis reconnaitront que les versions d’Igor, parce qu’elles dépouillent les versions originales de tous leurs artifices de studio, révèlent les structures et les harmonies très Boney M du répertoire de Gaga. Oui, souvenez-vous, Boney M, ce groupe qui, il ya 25 ans, faisait danser tous les dance-floors du monde, tout en portant des robes et des bijoux bling-bling à mort. Bon, mais on me dit que Lady Gaga ne s’est jamais cachée de cette influence, hein, citée textuellement dans Poker Face, par exemple.

Laché vos com !

Publicité